Les insolites de la semaine du 14 Septembre 2015

Canada: Un étrange ours brun à la tête... bleue

Capture d'écran de la vidéo d'Aaron Smith, montrant une ourse avec la tête bleue.
Capture d'écran de la vidéo d'Aaron Smith, montrant une ourse avec la tête bleue.

Où a-t-elle bien pu aller fourrer son museau ? C’est la question qui se pose en Colombie-Britannique (Canada), après qu’une ourse brune avec la tête bleue a été repérée à Mission, près de Vancouver, la semaine dernière.

Aaron Smith conduisait sur la Highway 7, passant près de Silvermere Lake, à Mission, mardi, lorsqu’il a repéré une ourse et son petit. Il a décidé de s’arrêter pour les observer un petit moment et les photographier. C’est là qu’il a repéré l’originalité de la maman ours. « C’était tellement étrange. Elle avait la tête si bleue ! », a-t-il raconté à CBC News.

Ses collègues et lui ont décidé de surnommer l’ourse « Blue Beary » – jeu de mots avec « blueberry » (myrtille en anglais) et les mots « blue » (bleu) et « bear » (ours). Aaron Smith a ensuite décidé de prévenir les services de protection des animaux sauvages, craignant que le plantigrade n’ait besoin de soins.

Mais personne ne sera envoyé sur place, selon CBC News : « L’ourse a l’air en bonne santé, cherchant de la nourriture avec son petit », a indiqué Paul McFadden, un employé de ces services. Il a précisé qu’elle avait dû mettre la tête dans une boîte de peinture ou de teinture pensant qu’il s’agissait de nourriture, et que la fourrure teintée de bleu allait naturellement partir au fur et à mesure de la repousse des poils.

 

 

 

Londres: La solution originale d'un architecte pour loger les sans-abri

Capture d'écran de la vidéo de l'architecte anglais James Furzer montrant un prototype d'«Abri pour les sans-abri».

Capture d'écran de la vidéo de l'architecte anglais James Furzer montrant un prototype d'«Abri pour les sans-abri».

 

Comment permettre aux 7.600 SDF londonniens de trouver un abri ? C’est la question à laquelle James Furzer, un architecte anglais de 26 ans, tente de répondre via une levée de fonds sur Indiegogo.

Comme l’explique, dans un article repéré par Slate, le quotidien allemand Der Tagesspiegel, James Furzer entend construire des cabanes « en contreplaqué avec un châssis en acier », qui seraient « suspendues à hauteur d’homme sur les façades de bâtiments », pour « constituer un abri sûr, chaud et sec dans lequel les personnes qui en ont besoin peuvent passer quelques heures ».

Ces boîtes « dotées d’une fenêtre donnant sur la rue sont conçues pour accueillir deux personnes au maximum. Une échelle escamotable permet d’y accéder ». Le journal précise que « seuls un matelas et un rangement doivent se trouver à l’intérieur des boîtes - ni électricité, ni accès à l’eau, car ces chambres ne sont pas conçues comme un logement permanent ».

James Furzer, a lancé début août sa campagne de crowdfunding « Homes for the homeless » (« Des abris pour les sans-abri »). Il compte lever 7.000 livres (environ 9.545 euros) pour financer la construction d’un prototype. Mais les fonds peinent à arriver. Le jeune architecte a même dû abaisser l’objectif visé de moitié -il était de 15.000 livres (environ 20.450 euros) au départ. Elle s’achève dans 35 jours.

Les insolites de la semaine du 21 Septembre 2015

Lorraine: Il roulait en France sans permis depuis 45 ans...

Un contrôle de police. (Illustration)
Un contrôle de police. (Illustration)

Un banal contrôle routier qui se solde par la découverte d'un automobiliste sans permis depuis 45 ans. Ce conducteur mosellan de 81 ans roulait avec un document tunisien témoignant de son droit de circuler dans son pays d’origine. Mais l'homme n'a jamais fait valider cette capacité en permis de conduire français en préfecture, rapporte Le Républicain Lorrain.

Son permis tunisien contre une convocation

L'octogénaire a été contrôlé à Woippy, commune de l'agglomération de Metz (Moselle), lundi après-midi. Les policiers ont alors constaté son absence de permis et n'ont jamais retrouvé d'infraction routière imputée à ce chauffeur sans véritable permis mais à la conduite exemplaire.

Les forces de l'ordre ont saisi le permis tunisien en échange d’une convocation devant le délégué du procureur qui lui infligera une sanction légère à l'automobiliste.

 

 

 

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau