Kayimit Infos

Les informations du 11 Juillet 2017

Recrutement pour la nouvelle armée

Le gouvernement haïtien lance officiellement le processus de formation d'une nouvelle armée. Le Ministère de la Défense annonce que le recrutement de jeunes haïtiens sera lancé le 17 juillet 2017.

Seulement 5 jours sont accordés aux jeunes qui doivent s'inscrivent au Centre d'Instruction du Ministère de la Défense à Léogâne.

Le processus a obtenu le feu vert du chef de l'état, Jovenel Moïse, et du Premier Ministre, Jack Guy Lafontant. Dans un communiqué le ministre de la Défense, Hervé Denis soutient que le but du recrutement est de reconquérir la souveraineté nationale.

. Les jeunes militaires devraient constituer la première unité de la force armée. Le ministre Denis lors d'une audition au Parlement avait considéré la situation comme urgente tenant compte du retrait des militaires de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation d'Haïti (Minustah).

De plus le gouvernement espere obtenir certains matériels des troupes de la Minustah qui quitteront le pays avant le 15 octobre 2017.

Ce sera une force orientée vers le développement, a prévenu M. Denis qui n'a pas abordé le dossier des militaires démobilisés. L'armée haïtienne devra jouer un rôle de premier plan dans la lutte contre la contrebande à la frontière avec la République Dominicaine. Les militaires haïtiens sont appelés à combattre le terrorisme, a dit M. Denis mettant l'accent sur la nécessité de protéger l'espace terrien, aérien et maritime d'Haïti.

 

 

Des experts de l'Onu évaluent les ODD en Haïti
 

 

Des experts de l'Onu ont réalisé au cours des dernières semaines des séances de travail avec les autorités haïtiennes autour des Objectifs de Développement Durable (ODD). A la fin de leur mission en Haïti la délégation d'Experts de l'Agenda 2030, du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), a eu des échanges avec les officiels et les hauts fonctionnaires du gouvernement.

Lors d'une séance de restitution, Mme Martine Therer, Directrice Générale adjointe du PNUD en Haïti, s'est réjouit du travail réalisé par la mission d'experts durant son séjour en Haïti. « Ce travail suscitera des réflexions approfondies dans les prochains mois », a t –elle expliqué renouvelant l'engagement du PNUD dans la réalisation des ODD.

Cette mission a permis aux experts des Nations-Unies de comprendre que les problèmes fondamentaux résident dans la disponibilité des données fiables permettant d'apprécier, de la meilleure manière, les situations au niveau des axes prioritaires retenus par les autorités gouvernementales. Les responsables du Pnud et les autorités haïtiennes devront oeuvrer notamment afin de fournir des réponses rapides et appropriées aux différentes conjonctures auxquelles font face les responsables haïtiens.

Dans le cadre de leur mission les experts ont travaillé avec les hauts cadres, de l'État et des institutions publiques, impliqués dans la mise en œuvre des ODD.

Les hauts fonctionnaires haïtiens ont fait état des avancées et des difficultés notamment sur le plan financier.

Selon le ministre de la planification et de la coopération externe, Aviol Fleurant, voulaient bénéficier d'une vision extérieure, capable de faire émerger de nouvelles réponses face aux inquiétudes de la population haïtienne.

 

 

Intense colère des ouvriers du textile

Les ouvriers du textile ont exprimé, hier, leur colère lors d'une manifestation pour témoigner leur rejet du nouveau salaire minimum proposé par le Conseil Supérieur des Salaires (CSS). Les ouvriers ont dirigé leur critique contre le chef de l'état qu'ils accusent d'ignorer les revendications des couches vulnérables de la population.

Toutefois le président Jovenel Moïse n'a pas exprimé sa position sur la proposition du CSS.

Plusieurs milliers d'ouvriers d'usine de Carrefour, Clercine et Delmas ont pris part à la manifestions qui a pris fin devant le ministère des affaires sociales et du travail.

Les ouvriers du textile considèrent la proposition d'ajustement de salaire de 35 gourdes comme une provocation. Les syndicalistes maintiennent leurs revendications pour un salaire minimum de 800 gourdes.

Une intensification de la mobilisation est annoncée pour les prochains jours avec le chef de l'état comme principale cible des critiques. Des manifestants accusent le président Moïse, un entrepreneur dans le secteur agricole, d'être le défenseur des intérêts des patrons.

Ils croient qu'ils ont été trahis par le président Moïse qui avait promis d'améliorer les conditions de vies des couches vulnérables de la population. Ils exhortent le chef de l'état à ne pas se laisser guider par certains patrons arguant que cette voie pourrait conduire à une grave crise.

Les ouvriers du textile ont fait valoir que les 35 gourdes d'ajustement ne peuvent contribuer atténuer leurs problèmes économiques.

Des leaders du mouvement dénoncent l'absence de réels représentants des syndicats au sein du CSS considérant la proposition comme une initiative des patrons et du gouvernement.

Outre un salaire minimum de 800 gourdes les ouvriers exigent des mesures d'accompagnement sociales devant être intégrées dans la loi de finance

 

 

Nouvelle manifestation des ouvriers
 

Les salariés ont gagné les rues hier lundi pour protester contre le rapport du Conseil supérieur du Salaire.

Plusieurs centaines d'entre eux s'étaient rassemblés près du parc de la SONAPI dans la matinée sous forte surveillance policière.

Alors que les protestataires attendent des renforts, la circulation dans la zone de l'aéroport est fortement perturbée.

Les syndicats des travailleurs de la sous-traitance continuent d'exiger 800 gourdes de salaire minimum journalier.

Dominique St Eloi de la Centrale autonome des travailleurs haïtien juge que l'augmentation de salaire définie par le CSS est trop faible et que le dispositif d'accompagnement des salariés garantit par le gouvernement.

Il annonce la mobilisation générale des travailleurs pour obtenir un salaire minimum quotidien acceptable.

Parallèlement, le gouvernement analyse actuellement les recommandations du conseil supérieurs des salaires affirme le ministre des affaires sociales.

Roosevelt Bellevue explique qu'il importe au chef de l'état qu'aucune des deux parties, à savoir les patrons et les ouvriers ne se sente lésée.

Il donne l'assurance que le volet accompagnement prévu par le gouvernement est en cours de mise en place.

D'autre part le ministre Bellevue dit reconnaitre le droit des ouvriers de la sous-traitance à manifester dans le calme.

 

 

Le Premier ministre salue la mémoire de Robert Labrousse

 

le Premier ministre, M. Jack Guy Lafontant, annonce qu'il a appris avec tristesse la disparition subite de Robert Labrousse, ancien secrétaire d'Etat à la Coopération externe puis ancien ministre des Haïtiens vivant à l'étranger de l'administration de l'ancien président Michel Joseph Martelly.

Selon la primature, Robert Labrousse s'est mis au service de son pays avec engagement, conviction et avec une vision de changement et de progrès de l'Etat.

Homme d'affaires, il a su incarner le sens de l'innovation, de la créativité au sein de son entreprise industrielle de fabrication de produits d'entretien et de nettoyage, La Perla SA.

Avec la disparition de Robert Labrousse, le pays perd un de ses grands serviteurs, un entrepreneur distingué, un concepteur, un visionnaire.

Le Premier ministre adresse, au nom du gouvernement de la République, toutes ses condoléances à sa famille, à ses proches, à ses collaborateurs et à la Chambre de commerce et d'industrie d'Haïti dont il fut vice-président

 

 

Les informations du 15 juillet 2017

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

Des états saluent l'octroi de nouveaux fonds pour lutter contre le choléra

Les pays de la Caricom, Guatemala, Chili et Canada se sont réjouis de l'adoption d'une résolution de l'Assemblée générale des Nations Unies permettant d'octroyer des ressources financières additionnelles dans la lutte contre le choléra.

Au nom de la Communauté des Caraïbes (CARICOM), le représentant du Guyana a salué la « cohérence » des Nations Unies dans leur lutte contre l'épidémie de choléra et a accueilli la résolution comme « l'une des principales plateformes sur lesquelles les efforts pourront être poursuivis ».

Malgré les difficultés auxquelles le pays reste confronté, le représentant s'est dit encouragé par le dernier rapport du Secrétaire général, qui montre une baisse du nombre des cas de choléra en 2017. Néanmoins, Haïti a besoin du soutien de toute la communauté internationale, non seulement pour lutter contre le choléra, mais aussi pour lutter contre les causes qui facilitent l'épidémie, à savoir l'extrême pauvreté.

Les représentants du Guatemala, du Chili et du Canada ont aussi accueilli favorablement l'idée de réaffecter les ressources de la MINUSTAH. Celle de la Colombie a parlé d'une « nouvelle étape dans la bonne direction » qui va permettre de mieux aider un pays « qui a toujours fait preuve d'une grande détermination malgré ses difficultés » et qui a aussi fait des progrès politiques, lesquels ont permis le remplacement prochain de la MINUSTAH par la MINUJUSTH.

À l'image du Chili, certains intervenants ont insisté sur le fait que le choléra, même s'il semble reculer, ne sera vaincu que si le Fonds d'affectation spéciale bénéficie de ressources suffisantes pour financer les deux volets de la stratégie de lutte contre l'épidémie.

De son coté la représentante d'Haïti a vu dans la résolution la manifestation du soutien international considérable dont jouit la nouvelle approche, « plus ouverte et plus généreuse, et surtout plus en phase avec l'idée de solidarité universelle des Nations Unies ». « Nos espoirs sont grandement affermis », a-t-elle ajouté. Elle a rappelé que l'épidémie représente « une véritable calamité » pour Haïti, dont elle a souligné et accentué les difficultés structurelles. La représentante s'est félicitée de la nomination de Mme Josette Sheeran comme Envoyée spéciale des Nations Unies en Haïti.

Selon les chiffres fournis par le rapport, après une reprise en 2016, imputée principalement aux conséquences du passage dans le sud du pays de l'ouragan Matthew, le nombre de nouveaux cas de choléra a depuis lors fortement reculé.

Il est essentiel, dit le Secrétaire général dans son rapport, que les mesures renforcées de lutte anticholérique se poursuivent pendant la période 2017-2018 pour sauver des vies et réduire la transmission de la maladie à moins de 10 000 cas suspects par an d'ici à la fin de 2018.

À l'automne prochain, le secrétaire général doit présenter à l'Assemblée générale un rapport détaillé sur la mise en œuvre de la nouvelle stratégie et y inclure des informations sur l'état du Fonds d'affectation spéciale.

 

gentine et Philippines accordent 60 000 dollars pour lutter contre le choléra
 

A l'occasion d'une réunion spéciale des Nations Unies les représentants de l'Argentine et des Philippines ont annoncé des versements de contributions au « Fonds d'affectation spéciale pluripartenaires des Nations Unies pour la lutte contre le choléra en Haïti »: l'Argentine, pour 10 000 dollars, et les Philippines, pour 50 000 dollars.

L'Argentine, qui a rappelé avoir contribué depuis 1994 à tous les efforts pour stabiliser Haïti, est revenue sur le rôle joué par son hôpital militaire, qui quittera le pays au mois d'août. Le pays continuera néanmoins son aide bilatérale, dans le cadre du successeur de la MINUSTAH, la MINUJUSTH.

Le Mexique a aussi rappelé que son pays avait accordé 370 000 dollars pour la reconstruction d'un important institut haïtien lié à la santé.

L'Assemblée générale invite les États Membres, les donateurs régionaux, internationaux et bilatéraux, les institutions financières, le secteur privé et les autres donateurs à « continuer d'appuyer la nouvelle stratégie de lutte contre le choléra en Haïti sous la forme de contributions financières volontaires ou d'autres formes appropriées ».

C'est le 19 août 2016 que l'ancien Secrétaire général de l'ONU, M. Ban Ki-moon, avait dévoilé la « nouvelle stratégie de l'Organisation pour lutter contre le choléra en Haïti », estimée à 400 millions de dollars sur une période de deux ans. Le Secrétaire général l'avait ensuite soumise le 1er décembre 2016 à l'Assemblée générale. À cette occasion, M. Ban Ki-moon avait présenté les excuses de l'Organisation au peuple haïtien, déclarant que l'ONU n'avait tout simplement pas fait assez face à l'épidémie de choléra et à sa propagation en Haïti et que cette impéritie suscitait de profonds regrets. Dans sa résolution 71/161, adoptée le 16 décembre 2016, l'Assemblée générale avait aussi reconnu la responsabilité morale de l'Organisation.

La « nouvelle stratégie » comprend deux volets. Le premier vise à renforcer l'aide de l'ONU pour réduire et mettre un terme une fois pour toutes à la transmission du choléra dans le pays, améliorer l'accès aux soins et aux traitements, et s'attaquer aux enjeux à plus long terme que sont les systèmes d'approvisionnement en eau, d'assainissement et de santé du pays. Comme l'indique le Secrétaire général actuel dans son rapport, ce volet « est largement perçu, en particulier par les Haïtiens eux-mêmes, comme la contribution la plus importante que les organismes des Nations Unies puissent apporter pour aider le pays ». Le second volet consiste en un dispositif d'assistance et de soutien matériel et financier en faveur des Haïtiens les plus directement touchés par le choléra, qui doit bénéficier en priorité aux victimes de la maladie et à leurs familles. Pour M. António Guterres, il est « l'expression tangible de ce que l'Organisation reconnaît et prend en compte la souffrance du peuple haïtien causée par la pandémie de choléra ».

L'épidémie de choléra en Haïti a commencé le 21 octobre 2010 dans le département de l'Artibonite avec la découverte du premier cas suspect. Au 8 avril 2017, on avait comptabilisé 807 049 cas suspects, dont 476 730 ont donné lieu à une hospitalisation, et un total de 9 508 décès.

 

 

Intensification de l'enquête sénatoriale sur Pétrocaribe

La commission sénatoriale spéciale d'enquête sur la gestion des fonds de Pétrocaribe a intensifié ses auditions au cours des dernières semaines. Deux anciens Premier Ministres, Michel Duvivier Pierre Louis et Jean Max Bellerive ont été interrogés sur la gestion des fonds résultant de la coopération spéciale entre le Venezuela et Haiti.

M. Bellerive et Mme Pierre Louis avaient été chefs de gouvernement sous l'administration de Rene Préval. Il sont concernés ainsi que tous les Premier Ministres de M. Michel Martelly.

M. Bellerive a assuré avoir réalisé une gestion saine suivant les prescrits légaux. Il a également soutenu que son gouvernement n'avait pas engagé certaines ressources prévues dans les résolutions durant son gouvernement.

Le président de la commission, Evaliere Beauplan, indique que les enquêtes peuvent si nécessaire aller au delà du mandat de la commission. Il a assuré que tous les officiels impliqués dans la gestion des fonds, les Premier Ministres, ministres des finances et de la planification ainsi que directeurs du Bureau de monétisation seront interrogés.

M. Beaupla soutient que la population s'attend à ce que toute la lumière soit faite sur ces fonds.

Le premier rapport de la commission éthique avait été contesté par plusieurs anciens gestionnaires des fonds publics. La nouvelle enquête doit permettre de prendre en compte les remarques des anciens serviteurs de la nation.

M. Beauplan souligne que les auditions sont enregistrées afin d'éviter d'éventuelles démenties après la publication du rapport. Le président de la commission annonce des visites sur le terrain afin de vérifier la réalisation des projets prévus par les résolutions.

Un des membres de la commission, Nenel Cassy, soutient qu'il faut vérifier si les fonds ont été engagés pendant ou après la période d'urgence décrétée par l'administration Préval.

 

 

Commentaires (1)

Doylewicky
macho man Vaporiser outil polyvalent qui peut être utilisé à tout moment, en présence des symptômes suivants: l'éjaculation prématurée, fait obstacle à la relation sexuelle normale et adéquate; manque de désir sexuel pour le sexe opposé, qui est anormale phénomène chez les hommes en bonne santé; la présence du désir sexuel, mais la présence d'une faible érection; incapacité à satisfaire une femme dans son lit; orgasmes de qualité inférieure et discret. Macho Man puissance ajustement de pulvérisation dans aucun de ces cas. En outre, le médicament contribue à augmenter la longueur du pénis, ce qui permet de diversifier le partenaire de vie intime, il est reconnu comme le meilleur produit qui garantit% résultat 100. Une liste des principaux avantages de la pulvérisation de la préparation pour la durée des rapports sexuels pour les hommes Macho Man a des caractéristiques qui ne sont même pas rêvé de producteurs d'autres actifs: Dans le cadre contient des éléments d'origine naturelle (bétaïne, l'arginine, le glycérol). effet notable se produit en quelques minutes après l'application de la pulvérisation. Le médicament ne peut pas causer des dommages. Convient pour tous les hommes, indépendamment de combien la dysfonction érectile développé. L'outil offre la possibilité d'obtenir pleinement débarrasser de l'impuissance. Vaporiser MachoMan vers le pénis, il aide juste au moment où il n'y a pas lieu d'attendre plus longtemps l'aide. Il est temps d'oublier le fameux court lorsque la jeune fille est restée impayée après le sexe! Il est temps d'oublier le moment où, après baisers passionnés et caresser le pénis reste dans une position tranquille! macho man corriger la situation le plus rapidement possible. Les composants qui peuvent être trouvés en spray ont drogue macho man a un secret, et il est précisément la présence d'ingrédients actifs qui font partie de la pulvérisation du sexe. Chaque élément à sa manière est utile et nécessaire pour l'homme, l'amélioration de son érection et l'amélioration de la puissance.


Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau